Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Un jean pour rouler à moto ? Une bonne idée.

Le  jean protecteur

« Il portait des culottes, des bottes de moto, un blouson de cuir noir avec un aigle sur le dos ». C’est ainsi que Piaf décrivait le motard dans les années 50. Si les bottes et le cuir étaient déjà présents, la « culotte » façon jockey a depuis bien évolué. Et c’est pas plus mal quand tu sais comment se termine la chanson…

Pendant des années, les motards avaient le choix entre le cuir et le cuir (parfois même le cuir) pour rouler les guibolles en sécurité. Hyper résistant à l’abrasion, cette matière indéniablement associée au mythe du motard ne brille cependant pas par son aspect fonctionnel au quotidien. Et l’été, ça colle un peu les bonbons si j’peux me permettre.

Du coup on roulait aussi avec des jeans. C’est confort, c’est aéré, c’est plus costaud qu’un fute de costard. Psychologiquement en tout cas. Parce qu’en cas de gamelle un peu forte, ça « fond » comme neige au soleil sur le bitume.

Puis un jour, il y en a (notamment les frenchy d’Esquad, pionners en la matière, cocorico oblige) qui se sont dit : « Et si on faisait le big combo ? Le confort et le look du jean avec la sécurité du cuir. » Et comme disait l’autre, vu qu’ils savaient pas que c’était impossible, ben ils l’ont fait. C’est ainsi que sont nés les « jeans protecteurs » pour motard(e)s.

Ze concept

Le jean protecteur va donc revêtir (c’est le cas de le dire) deux dimensions. La première, ce sera le look, le côté « civil » passe-partout. La seconde, la sécurité avec le max de protections. Et le tout doit en faire quelque chose de vraiment portable au quotidien que ce soit au taf où pour visiter en vacances la zone piétonne d’une ville.

Le look, au début, c’était moyen. Les jeans avaient souvent des coupes un peu mal foutus. De plus, leurs doublures de protection étaient lourdes et chaudes. Mais c’était le début. Maintenant, tu peux te casser le nez sur certains modèles, persuadé d’avoir devant toi le dernier Levis « bot cut », « regular » ou je sais pas quoi encore. Pleins de coupes différentes, des coloris, des poches pas des poches, etc. Esquad, toujours à la pointe, commence même à nous pondre des jeans qui ne sont plus des jeans comme leur modèle Cargo qui s’inscrit dans la droite ligne des célèbres Dickies canadiens. Bien évidemment, en parallèle, des progrès ont été réalisés sur les protections pour les rendre plus confortables à porter.

L’objectif d’un froc moto, au-delà de te faire un petit boul’ sexy pour aller au taf, c’est de le protéger, ton derche. Pour ça, le défi des constructeurs va être de le rendre toujours plus résistant à l’abrasion histoire d’éviter la déchirure lorsque tu glisses sur le bitume. Ça vaut pas le cuir (c’est pas pour rien si les pistards sont obligés d’en porter) mais c’est déjà bien bien mieux que ton Levis 501. Le plus souvent, tu vas donc avoir sur ton pantalon de larges panneaux de protection allant de la taille aux genoux en passant par les fesses. Tout ce qui frotte sur la route quoi

Très souvent, ils sont renforcés par des coques aux genoux et aux hanches pour encaisser les chocs. L’alchimie est ici très complexe pour trouver une coque pas trop handicapante une fois descendu de la moto mais qui reste secure. Personnellement, pour aller bosser, j’ai la mauvaise habitude d’enlever celles des hanches, bête question de confort que je paierai cher un jour certainement… La technicité de la coque va souvent dépendre du prix du fute : sur le modèle basique ce sera un bout de plastoc raide et bien lourd (que tu ne garderas pas donc) et plus tu montes en gamme, plus t’as des choses travaillées et supportables au quotidien (comme le plastique SasTec).

Ze matériaux

Mais justement, parlons un peu matériaux. Là, il va y avoir deux grandes techniques et types de produits.

Les premiers, ce sont les pantalons avec doublure (les panneaux dont je parlais plus haut). Cette doublure est composée de matière aramide (comme chuis savant dis). En gros, c’est un truc qui résiste à la chaleur de l’abrasion comme le Kevlar ou le Dyneema. Assez raidasse à porter du fait de l’épaisseur de ces matières, les constructeurs tendent à mixer coton et Kevlar dans leurs nouveaux modèles pour gagner en souplesse. Esquad a par exemple breveté le « Kevcor » dans cet esprit et la plupart des marques se tournent vers le Cordura, matière costaude mais qui reste souple.

L’autre type de jean protecteur, ce sont ceux qui insèrent directos dans le coton denim une fibre technique : aramide, polyamide, polyester, polyurétane, etc. (te voilà bien avancé). Ah, j’oubliais l’Armalith indestructible d’Esquad qui a fait leur renom (contrairement à ce que l’on pourrait penser, je n’ai pas d’action chez eux).

Là, tu cumules les avantages avec une protection non plus concentrée sur des panneaux stratégiques mais sur l’ensemble du fute. Donc tu peux te vautrer dans tous les sens comme un p’tit fou et – faute de doublure – c’est plus aéré pour les saisons caliente. Et bien sur, tu portes un pantalon en tout point identique à un jean « classique » donc niveau look, ça déchire.

Par contre, tu l’as déjà deviné, ça a forcément un prix tout ce luxe…

Ze solution ?

Alors le jean moto serait-ce la solution pour nos guibolles soucieuses de leur look ? Et ben oui bordel ! Surtout qu’à moins de porter des futes Carrefour à 20 balles, le moindre jean « classique » de marque va te coûter une bonne grosse centaine d’euros. Pour le même prix, t’as un jean moto full renforcé.

Personnellement, le calcul a vite été fait et je remplace progressivement mes futes « civils » par du matos sécurisé. Et tu sais ce qui est fou ? C’est que mes collègues et mes élèves, ne voient pas la différence. J’ai envie de dire : What else ?

On a testé pendant tout l’été le jean moto Esquad Cargo. 

Jean moto Esquad Cargo

Quentin ou Cigalou pour les intimes est un motard passionné qui roule en Suzuki V-Storm 1000. Sa passion lui vient de son père déjà motard. Originaire du chud, il a été prof d'histoire dans le 93 et il nous a lâché pour aller enseigner au vert en Ardèche. Il nous fait vivre son quotidien de motard sur son Blog qui est devenu au fil du temps un véritable webzine communautaire. Découvrez ses textes pleins d'humour sur Viedemotard
Bitnami