Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Les équipements multi-saisons 3 en1

Tu vois quand ton chat perd ses poils l’été ? Le 3 en 1, c’est le même concept. Mais sans les allergies. Ta veste va pouvoir s’adapter le temps d’un zippage/dézippage à la température ou encore à la pluviométrie ambiante. Tout l’art va résider dans la superposition de différentes couches amovibles. Les amateurs de rando ou de sports outdoor un peu extrêmes connaissent déjà depuis longtemps l’art des fameuses « 3 épaisseurs ».

Ado, quand je faisais des compèt’ de VTT, je n’avais qu’un seul et même maillot pour toute l’année, qu’il pleuve ou qu’il crame. C’était un truc assez génial en Gore-Tex avec des manches amovibles et des aérations qui pouvaient être ouvertes à la demande.    Depuis, ces années là, j’ai eu le temps de prendre du bide tandis que cette technologie ultra-polyvalante a eu le temps de débarquer dans l’univers de la moto. Et c’est tant mieux (pour la technologie, pas pour ma brioche) !

Alors, pour te présenter le 3 en 1 type en quelques mots, tu pars d’une veste textile de moto « normale » – en général en polyester – avec toutes les coques et les protections nécessaires. Voilà ta première couche. C’est à la fois ta carapace en cas de gamelle et à la fois – par quelques soufflets stratégiquement placés – une veste d’été honorable. Les plus aérées ont même de larges panneaux en mesh que l’on peu ouvrir ou fermer à volonté. C’est par exemple le cas sur ZE référence en la matière, celle que tous les aventuriers à deux roues connaissent : la veste Rev’it Defender Pro.

Vient ensuite la seconde couche – amovible – qui est composée d’une membrane étanche et respirante à la fois (oui, c’est mieux qu’un K-Way quand même). Là on est dans l’esprit mi-saison à fond : de l’air mais quand même étanche parce que les giboulées, ça mouille.

Enfin, pour l’hiver, arrive la troisième couche. Elle est là pour te procurer de la chaleur. Elle est donc généralement en truc thermo-machin ou en polaire (ou les deux).

Et voilà, en 3 couches tu as le big combo : Chaleur, étanchéité, aérations et protections. Une veste pour toutes les saisons quoi.

Alors les vestes, si elle sont « reines » du 3 en 1, ne sont pas pour autant la seule catégorie pour laquelle tu vas trouver du multi-saisons. Il y a notamment les futals qui vont avec. Si tu prends la veste Rev’it dont je parlais plus haut, ben il y a un pantalon homonyme assorti. Et doté du même armada technologique bien évidemment.

Sauf qu’on n’a pas tous 1 000€ dans la tirelire pour se payer l’ensemble et que tu n’as pas forcément prévu de partir faire le tour du monde. Les autres constructeurs commencent à nous sortir de bons équipements 3 en 1 à des prix plus abordables. Je pense notamment à l’ensemble Bering Komodo ou au pantalon Ixon Ambitious Sport. Forcément qui dit moins cher, dit matières et finitions moins sophistiquées. Mais là c’est à toi de voir ce qui correspond le mieux à ta pratique et… à ta bourse.

Veste Bering Komodo

De même, pour les gants, il y a de plus en plus du 2 en 1. En gros, c’est une paire de gants classique avec deux « intérieurs ». Soit une doublure thermique et imperméable bien douillette pour l’hiver, et un truc étanche pour la mi-saison (V Quattro). Ou un compartiment étanche et respirant pour la mi-saison / été, et un compartiment beaucoup plus léger non doublé et hyper ventilé pour l’été qui permet de garder les mains au frais et une très bonne sensibilité des commandes (Held).  Et c’est pas bête du tout de faire du multi-saisons sur des gants parce que s’il y a bien un endroit ultra exposé aux changements climatiques – et qui doit à tout prix rester fonctionnel – c’est bien les paluches. Imagine, tu es en plein été mais il fait frisquet le matin. Pas d’soucis ! Hop, tu mets ta main dans l »intérieur » chaud et tu l’enlèves pour le mettre dans l »intérieur » ventilé quelques heures plus tard. Personnellement, amateur des départs aux aurores, je trouve cela assez génial.

gants Held 2 en 1

Alors, forcément quand tu achètes du multi-saisons, tu payes un peu trois vestes en une. Mais entre mettre le prix dans une bonne veste multi-saisons costaude et efficace ou acheter 3 blousons (hiver, mi-saison, été), le calcul peut être intéressant à faire. Les tarifs peuvent ensuite monter très haut, notamment dès que tu commences à mettre de la membrane Gore-Tex dans l’histoire. Mais c’est en même temps la garantie d’un équipement efficace et durable, les ingénieurs de ladite marque étant très pointilleux quand à la qualité des produits des constructeurs utilisant leurs tissus. Ils ont une excellente réputation et veulent la garder en étant associés qu’à du tip-top. Ce qui est tout à leur honneur.

Entre nous, je n’ai franchi que très récemment le cap du 3 en 1 et je n’en reviens toujours pas de son côté « pratique ». Tu n’as pas à calculer dix ans si tu mets telle ou telle veste, combi pluie ou pas combi pluie. Là, t’embarques tes doublures dans le top-case et tu roules, t’auras le temps d’y réfléchir en route. Après, il faut dire que ce type de fringue colle en général assez bien au côté baroudeur des trails comme mon V-Strom. Car, on ne va pas se mentir, l’ensemble Rev’it Defender Pro sur un roadster, c’est moche. Mais il commence à y avoir des alternatives assez intéressantes sur le plan esthétique. Tiens, va par exemple jeter un œil au dernier blouson 3 en 1 de Macna, on est clairement plus dans l’ambiance street figther que globe trotter.

VDM_Macna Reddox

Un peu cher à l’achat, le 3 en 1 va faire la joie des gros rouleurs affrontant sur des centaines de kilomètres tous les types de météo et ne pouvant emporter avec eux toute leur garde-robe. Ça peut aussi être bien pratique pour ceux qui comme moi vivent dans de minuscules apparts (et régler pas mal de soucis conjugaux : sérieusement, tu sous-entend que ma veste d’été prend plus de place que tes 6 boîtes d’escarpins ?), ou simplement pour ceux qui roulent toute l’année pour aller bosser. L’apparition de gammes « urbaines » au look passe-partout mais hyper-techniques en même temps peut être en outre assez intéressant pour les motards du quotidien, pas toujours désireux d’afficher vestimentairement leur « motarditude » une fois descendu de leur monture.

Quentin ou Cigalou pour les intimes est un motard passionné qui roule en Suzuki V-Storm 1000. Sa passion lui vient de son père déjà motard. Originaire du chud, il a été prof d'histoire dans le 93 et il nous a lâché pour aller enseigner au vert en Ardèche. Il nous fait vivre son quotidien de motard sur son Blog qui est devenu au fil du temps un véritable webzine communautaire. Découvrez ses textes pleins d'humour sur Viedemotard
Bitnami