Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

J’ai froid aux mains en moto

Lieu hautement stratégique de ta carapace hivernale, tu dois être intransigeant sur la qualité de tes gants. Pour des raisons de confort tout d’abord car c’est sur tes petites quenottes que la morsure du froid sera la plus forte. Mais aussi dans un souci de sécurité car il est bien difficile d’attraper les freins avec des doigts transformés en bâtons Findus. Donc autant l’été et la mi-saison, je vais être tolérant sur le matos du moment qu’il protège de la chute, autant l’hiver je suis sans pitié. La seule vraie solution réside alors en trois mots : haut-de-gamme !

Longtemps, j’ai trouvé les gants moto chers pour ce que c’était. C’est vrai quoi, ça te coûte vite plus que ta veste ou tes bottes. C’est sacrément cher le cm² de tissu ! Un peu comme de la lingerie féminine quoi. Sauf que là, il faut penser micro-technologie plutôt que string. Au plus c’est petit, au plus c’est le bordel de rendre un produit super-performant (quoique je n’enlève rien aux performances d’un joli dessous en dentelle hein). En gros, toute la technicité répartie sur ton blouson d’hiver, tu vas la retrouver concentrée sur tes mains. Gros défi.

Mais là où ça se corse, c’est que l’on ne fait pas du ski mais de la moto. Ben oui, une bonne grosse paire de moufles serait suffisante si l’on ne devait pas faire pleins de trucs avec nos doigts en conduisant : freiner, embrayer, mettre les clignos, les phares, faire le salut motard, etc. Donc en plus d’être chaud et de te protéger en cas de chute, il va falloir que tes gants soient suffisamment « articulés » pour ne pas te pourrir la vie.

Gants Gore-Tex

C’est en général une des premières différence entre un gant entrée de gamme et une version plus élaborée. Le premier va être entièrement doublé d’une épaisse couche d’ouate (ou de primaloft). Le second le sera de manière plus stratégique : épais sur le dessus de la main, pas sous la paume ni entre les doigts. C’est le genre de différence qui fait qu’avec l’un tu arriveras à peine à bouger tes minettes et qu’avec l’autre ce sera hyper intuitif. Pour faire simple, règle complètement paradoxale du gant pour le froid : « Plus c’est fin, plus c’est bon ». Attention, hein, ne part pas avec des gants d’été. Je te parle des gammes hiver bien entendu. Le summum étant – comme souvent – la membrane Gore-Tex le rendant de fait extra-fit.

La promesse GORE-TEX® : Les vidéos

Pour expliquer les tissus Gore-Tex, la marque nous a fait une petite série de vidéos avec Gordon et Ted qui testent les 3 aspects de la technologie : imperméabilité, coupe-vent et respirabilité.

#1 > L’étanchéité

#2> Le coupe-vent

#3> La respirabilité

Le plus chaud et léger possible, le gant d’hiver se doit aussi à mon avis d’avoir une manchette longue. Car c’est elle qui va verrouiller les manches de ta veste contre le blizzard. Manchette en dessus : j’empêche le froid de passer dans le blouson. Manchette en dessous : j’empêche la pluie de dégouliner dans le gant. Et avec ça, vogue la galère moussaillon.

Dernier conseil, au moment de l’achat, pense à vérifier qu’il y ait bien un petit espace entre le bout de tes doigts et le gant. Il faut savoir que c’est là que le froid se fera sentir le premier. Et même si les gants d’hiver sont en général doublés d’alu à cet endroit pour isoler du froid, rien ne vaut un petit sas entre les deux. Cet espace vide va se chauffer à la chaleur de ton corps et offrir ainsi une barrière supplémentaire au froid. Sans compter que ça te laisse la possibilité de mettre une paire de sous-gants techniques (ou ceux tricotés avec amour par mamie, cela ne me regarde pas).

http://www.auto.ci/images/pictures_news/0_141201031958.jpg

L’astuce du père Cigalou : Enfin, avant te de laisser aller te geler sur ta moto, une p’tite technique du roublard que je suis. Il faut se dire que le froid va passer à un moment ou à un autre, même avec la meilleure paire de gants au monde. Savoir rouler longtemps l’hiver c’est commencer par savoir s’arrêter. Je double en général mes pauses café/pipi dans ces moments là : ça permet de laisser à ton corps (et à ton équipement) le temps de reprendre un peu de chaleur. Puis c’est autant d’occazes de te la péter « motard de l’extrême » dans les troquets de France et de Navarre. Et ça, ça redonne du pep’s pour 200 bornes de plus sous la neige !

Le conseil du boss d’Ixtem Moto : J’ai testé des gants hiver haut de gamme lors de différents roulages. Ils sont efficaces au départ mais au fil des kilomètres ils ne peuvent pas lutter efficacement contre le froid. Un bon gant d’hiver vous protégera sur une centaine de kilomètres en plein cœur de l’hiver si vous n’êtes pas trop sensibles des extrémités mais au-delà, il faudra passer en mode Cigalou : arrêt à la station service pour le café du motard grelottant. J’ai aussi testé les poignées chauffantes qui apportent un vrai surcroit de confort mais elles ne chauffent pas les bouts de doigts qui vont geler et au final vous forceront à l’arrêt. La seule vrai solution restent pour moi les gants chauffants. Je ne pourrais plus partir pour une hivernale sans cet accessoire qui est devenu pour moi incontournable !

Quentin ou Cigalou pour les intimes est un motard passionné qui roule en Suzuki V-Storm 1000. Sa passion lui vient de son père déjà motard. Originaire du chud, il a été prof d'histoire dans le 93 et il nous a lâché pour aller enseigner au vert en Ardèche. Il nous fait vivre son quotidien de motard sur son Blog qui est devenu au fil du temps un véritable webzine communautaire. Découvrez ses textes pleins d'humour sur Viedemotard
Bitnami