Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Rouler par tous les temps

Si les motards versaient 1 euro à chaque fois qu’ils consultaient Météo France, il y aurait de quoi combler le déficit du pays. En effet, sur une moto, par définition, on est exposé aux aléas climatiques. Et qu’on se le dise, un orage estival, un brouillard surprise, un col proche de 0°C ou une canicule méditerranéenne (et parfois tout cela dans la même journée) peuvent rapidement te pourrir une belle sortie prévue depuis des mois.

Et vu qu’il est difficile de commander du beau temps, ce qu’il faut c’est anticiper la galère à venir en roulant avec un équipement le plus adéquat possible au climat. Et bien évidemment, cela commence par respecter les saisons.

Carte méteo France

Car au-delà de l’aspect plaisir, il y a une dimension sécuritaire trop souvent oubliée quand l’on ne roule pas avec un équipement correspondant à la météo. Des doigts glacés dans de jolis gants mi-saison en plein hiver empêcheront de doser de manière efficace ton freinage. De même, perdre 10 litres de sueur par kilomètre dans sa grosse parka en plein été risque d’émousser tes réflexes, si ce n’est pas carrément te faire tomber dans les vapes.

Bref, comme je le dis souvent, il y a plus souvent de mauvais usages que du mauvais matériel. Et la question de la saisonnalité est fondamentale dans ces erreurs de « casting » que tout motard débutant – moi le premier – avons fait. Qui n’a jamais craqué sur ce petit cuir bien cintré en se disant : « il me servira toute l’année » ? Et quelques mois et engelures plus tard, tu t’achètes en urgence un blouson d’hiver bien moche…

Mais vu qu’ici on est sympa, on a fait les bêtises pour toi et on va te donner quelques conseils pratiques en fonction de chaque saison. A toi ensuite de voir quel(s) matériel(s) va coller le plus à ton type de pratique.

En hiver : chaud et imperméable

L’hiver, il fait froid. C’est un pléonasme, mais certains on tendance à l’oublier. Et il n’y a pas 36 solutions pour rester au chaud : des couches, des sous-couches et des matières comme le Gore-Tex qui coupent le vent glacé. Pour les plus frileux ou les amateurs d’hivernales, il existe même désormais des vêtements chauffants. Magie de la technologie…

defender pro GTX

L’autre grande problématique, c’est que qui dit froid dit souvent pluie. Ou flocons. Par conséquent, être au sec est le premier objectif si l’on espère rester au chaud. L’hiver, l’imperméabilité n’est pas négociable.

Enfin, gare aux extrémités. Les mains, les pieds, le cou seront autant de points « faibles » de ta carapace du fait – logiquement – de leur exposition en première ligne aux intempéries. Il faudra leur réserver un soin tout particulier, surtout que, comme je le disais plus haut, avec les doigts et les orteils façon Yeti, dur-dur de maîtriser sa moto.

Malgré ce tableau apocalyptique, je peux te promettre que rouler en plein hiver, bien équipé, sur un fin tapis de neige, te procurera de véritables frissons… de plaisir.

En été : de l’air frais !

Originaire d’une belle région où chantent les cigales et où il fait 40°C à l’ombre, je peux te dire que la pire saison pour le motard qui souhaite rouler en sécurité… c’est l’été. La chaleur étouffante de l’air se mêlant à celle de ton moteur, qu’on se le dise, tu sues comme un goret. Grande est alors la tentation d’adopter la célèbre trilogie T.S.M du Kéké se rendant à la plage en bécane : Tongs-Short-Marcel. Mais saches que le bitume chaud c’est comme le bitume froid : ça fait mal.

Micm - michel en tong

Crédit photo : Micm – Michel (du blog des smootardslurrons)

Heureusement, il existe des équipements en matières ultra-aérées (comme le Mesh) ou en « filets » donnant la sensation d’être tout nu sur sa moto – parfait pour le Cap-d ‘Agde –, tout en ayant toutes les coques nécessaires en cas de gamelle.

Peuchère, elle est pas belle la vie !

A la mi-saison : la difficile équation…

La mi-saison, comme pour les fringues de ville, c’est la pire pour s’habiller. Tu peux perdre ou prendre 10 degrés du jour au lendemain et parfois même dans la même journée. Le soleil peut laisser soudainement place à la pire des rincées. Et je ne te parle pas des subtilités en fonction des régions.

Du coup, pour ce genre de météo, la solution va résider dans la modularité de ton matériel : pouvoir passer en un zip de fermeture éclair de l’imperméable au respirant, du chaud à l’aéré. C’est là que le mythique cuir, avec ses propriétés thermiques naturelles va pouvoir exprimer son potentiel. C’est là aussi que les « tout-en-un » textiles vont pouvoir jouer la carte de l’innovation.

La bonne nouvelle, c’est que tu ne manqueras pas de choix. Mais le plus dur… ce sera d’en faire un.

Quentin ou Cigalou pour les intimes est un motard passionné qui roule en Suzuki V-Storm 1000. Sa passion lui vient de son père déjà motard. Originaire du chud, il a été prof d'histoire dans le 93 et il nous a lâché pour aller enseigner au vert en Ardèche. Il nous fait vivre son quotidien de motard sur son Blog qui est devenu au fil du temps un véritable webzine communautaire. Découvrez ses textes pleins d'humour sur Viedemotard
Bitnami