Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Comment s’équiper pour la pratique du Tout-terrain?

Qu’importe votre niveau de pilotage, la pratique TT nécessite un équipement complet pour limiter les risques lors de chutes éventuelles. Que vous soyez un pilote débutant ou confirmé, personne n’est à l’abri d’une chute lors d’une balade entre amis ou en pleine compétition. Peu importe l’âge que vous ayez, les protections seront primordiales pour vous garder en pleine santé.

Le casque cross est l’équipement numéro 1 du pilote, il ne faut pas se précipiter lors de l’achat de ce dernier. Essayer le casque de façon à vérifier le serrage au niveau des joues tout en ayant un maintien optimal au tour de tête. Ensuite faites-vous plaisir avec une jolie déco !

Les différences de prix se caractérisent de par le poids (moins d’un kg pour certain), la conception, l’équipement et enfin le confort du casque.

La paire de lunette est un élément important à ne pas négliger.

En effet que se soit en sortie enduro ou cross, plusieurs éléments se retrouvent sur votre chemin prêt à envahir votre visage. En passant par les branches, la poussière et principalement les projections de terre et de cailloux (surtout en groupe), faites très attention à ne pas vous abimer un œil. Pour le choix des lunettes, vérifiez que le masque soit bien collé autour de votre visage pour un maintien optimum, le confort sera également primordial avec une mousse simple, double ou triple densité.

Dernier point important, l’écran en fonction du temps. En effet, plusieurs modèles sont disponibles selon la luminosité, un écran fumé pour éviter l’éblouissement, iridium pour éclaircir la vision quand la nuit tombe ou encore un double écran antibuée apprécié des enduristes lors de franchissement dans les bois.

Vous pouvez également ajouter des accessoires utiles pour améliorer la visibilité sur vos lunettes, les Tear-off et Roll-off.

Commençons par les tear-off, éléments importants lors de compétition en motocross, il vous permettra d’y voir clair tout au long de la course. Bien évidement évitez d’en utiliser à l’entrainement pour respecter la nature (n’oublions pas que le tear-off a été interdit en 2014). Plus utilisé en enduro, le roll-off évite de polluer la nature et a une durée de vie bien plus importante. Il est également utiliser lors de conditions extrêmes où le tear-off est vite limité dans le temps.

Pour les sorties occasionnelles, ces produits ne sont pas primordiales, un chiffon fera le boulot.

 Concernant la tenue cross/enduro, bien souvent deux gammes sont proposées avec un choix important pour le design et les coloris. Le haut de gamme se différencie par des textiles différents plus robustes avec selon la marque, des protections complémentaires, des renforts en mousse sur certaines marques. Faites attention lors de l’essayage à ne pas oublier que vous aurez un pare pierre sous le maillot de façon à ne pas vous tromper avec la taille du maillot notamment. Une tenue trop petite ne sera pas agréable à porter et vous perdrez de la mobilité.

Bien évidemment, rien ne vous empêche de rouler en sweet et jeans, mais ces derniers n’évacuent pas la transpiration et ne sont pas fabriqués dans des matériaux résistants à la chaleur et à l’abrasion.

La tenue est bien souvent choisie pour le style, et suit une mode que nos fabricants ne cessent d’innover, alors faites-vous plaisir en alliant sécurité et look  tendance sur votre machine.

Tomy en 2007_trophée KTM

Se protéger les mains en TT (indispensable) dépend de votre pratique et de vos attentes. L’absence de protection pour gagner en maniabilité ou au contraire un gant coqué sans aucune finesse, c’est au pilote de faire son choix. Dans tous les cas la taille des gants s’avère essentielle pour éviter les ampoules aux niveaux des mains. A un certain niveau, les pilotes vont privilégier une paire de gants plutôt fine pour garder une mobilité optimum. Pour les sorties occasionnelles, la performance n’est pas importante, privilégiez la sécurité avec des gants coqués aux niveaux des phalanges et des protections contre l’impact (paume de main en mousse résistante au choc).

Concernant les protections au niveau du haut du corps, deux sont incontournables quel que soit votre niveau. Généralement, le pare pierre est maintenant complété avec une dorsale homologuée au niveau du dos ce qui vous permet en cas de chute d’éviter les impacts sur la colonne vertébrale. Le devant permet comme son nom l’indique de contrer les pierres (surtout en motocross) mais également de protéger le ventre en cas de coup.

Concernant le gilet de protection, on garde le même principe que le pare pierre en y ajoutant les protections d’épaule et de coude. Une fois le gilet enfilé, le haut du corps est entièrement protégé. Point négatif de ce produit: la chaleur l’été et la mobilité limitée.

Au pilote de choisir entre les deux produits qui ont chacun leurs points forts.

Bien souvent, le gilet sera prédestiné aux débutants et enduristes pour des balades dans les bois où la mobilité n’est pas la priorité alors que le pare pierre ira parfaitement au Crossman pour une grande mobilité et un effort intense lors de grande chaleur.

Concernant les genoux, les genouillères sont trop négligées par les pilotes surtout les débutants. Encore une fois, diffèrent niveaux de protections sont présent sur le marché, de l’orthèse sur mesure à plus de 1000€ l’unité à la paire de genouillère coqué qui ne protège juste contre les chocs, il y ‘en aura pour tous les budgets. Arrivées à un certain niveau, les orthèses sont un élément indispensable si vous ne voulez pas passer sur le billard et y laisser un ligament, mais une gamme de genouillère semi-orthèse peut bien évidement être suffisant pour protéger votre genoux des torsions et autres traumatismes avec un budget contrôlé.

Les coudières sont un bon moyen de protection pour éviter de se rapper le coude et l’avant bras. Il existe différents modèles avec des maintiens plus ou moins adaptés (serrage par scratch, lanières de réglage, matière élasthanne). Attention à ne pas les serrer copieusement, n’oublions pas que le souci numéro 1 du Crossman est le mal de bras, une coudière trop serrée amplifie le phénomène.

Le Tout terrain en tong est à éviter ! Protégez-vous les pieds avec un budget maitrisé.

En effet le prix des bottes varie énormément selon le modèle avec de grandes différences de performances et de protections. Entre confort, sécurité et esthétisme, il y’en aura pour tous les goûts et tous les budgets.

Le confort peut être amélioré avec des chaussons intégrés sur certaines bottes permettant un meilleur maintien de la cheville. Une articulation au niveau de la malléole est un atout complémentaire pour garder une grande mobilité sur les cale-pieds. Encore une fois, des bottes simple avec les protections essentielles suffiront pour les balades dominicales, inutile d’investir dans une paire pleine de technicité pour commencer.

Pour finir, Le tour de cou (minerve) permet d’éviter les hypertensions de la nuque en cas de chute. Aujourd’hui de nombreuses marques proposent une protection de cervicales qui sont un bon compromis rapport/qualité/prix pour un débutant qui n’a pas le budget nécessaire pour investir dans un leatt-brace. En effet, ce modèle haut de gamme testé en laboratoire reste le produit le plus efficace pour éviter toute torsion et traumatisme au niveau du cou.

Tomy_KTM_championnat

Essayez avant d’acheter (en effet, certain pilote ne supporte pas la mobilité réduite) et vérifiez votre gilet de protection qui peut être non compatible avec un Leatt-brace.

Peu importe le niveau de chacun, plus vous possédez de protection et mieux vous serez protéger. Essayez de ne pas négliger chacune d’entre elle, choisissez selon votre envie, pratique et budget pour pratiquer votre passion en toute sérénité.

Tomy a rejoint l'équipe d'Ixtem Moto cet été. Passionné de cross, il roule depuis l'âge de 5 ans. Il a participé au championnat de France Elite pendant 6 ans. Vainqueur du Trophée KTM en 2007, il vous transmettra régulièrement ses conseils pour pratiquer le tout terrain
Bitnami