Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Chaussures et baskets moto homologuées

Certains d’entre vous on dû l’expérimenter, les bottes de moto, au quotidien, c’est maxi galère. C’est lourd, c’est chaud et ça reste quand même raide à porter. Et bien sûr paye ton look pourri au taf avec ton chino rentré dans tes bottes et ton blazer sur les épaules. Perso, j’ai tenté le truc un hiver au collège. Trois étages à escalader toutes les deux heures, des kilomètres à zigzaguer devant le tableau noir et entre les tables d’élèves, on dirait pas, mais c’est pas si statique que ça le métier de prof. Bilan : ça a vite été la corvée pour moi et… pour mes bottes. Elle se sont usées à vitesse grand V. Ben oui, c’est prévu pour être sur une moto, pas pour être contorsionnées derrières les pieds d’une chaise. Et très rapidement, j’ai opté – comme beaucoup là encore – pour la paire de baskets laissée à demeure au boulot. Petit strip-tease des pieds le matin en arrivant et hop. Ça, c’était avant qu’une nuit on se fasse chourer tout ce qu’on avait dans les casiers de la salle de prof. 93, mon amour

Je me suis donc rabattu depuis 2 ans environ sur les chaussures et les baskets homologuées. Et là ce fut la libération. Plus de contraintes matinales. Plus la sensation d’être un cosmonaute en descendant de ma brêle. Au quotidien, je ne jure plus que par ça. Et je garde au chaud mes bottes – bien rangées à plat –  pour les gros roulages du weekend.

Il y a deux grands types de shoes « urbaines » homologuées : les chaussures et les baskets.

Les chaussures, l’idée c’est que ça aille avec ton costard de banquier. Très sobres, presque toujours en cuir, les fabricants sont arrivés à des niveaux esthétiques assez dingue au vu des contraintes d’homologation. Tu vas retrouver quelques aspects récurrents sur ces chaussures (qui sont souvent des bottines d’ailleurs) : ouverture latérale (qui évite de passer quinze ans à les lasser), semelles anti-dérapantes et/ou qui résistent aux hydrocarbures pour éviter de se viander à la pompe à essence.Helstons city

Certaines sont équipées d’un renfort au niveau du sélecteur de vitesse pour prévenir une usure prématurée mais cela se fait de moins en moins : trop « look moto ». Et puis, beaucoup de deux-roues urbains sont des… scooters. Donc autant te dire que les vitesses au pied, c’est le cadet de leur soucis. Du coup, parfois livré d’origine (sinon, seul, ça coûte une bouchée de pain), tu n’as qu’à ajouter un renfort amovible en caoutchouc sur ta belle chaussure en cuir. Et là, avec le graissage adéquat, tu es tranquille pour quelques années.

Enfin, comme dans tout, ça dépend le prix que tu y mets. Si tu pars sur du cuir pleine fleur – outre le fait que ce soit le plus beau – c’est celui qui va le mieux vieillir dans le temps. Inversement, ne va pas demander la même chose à de la croûte de cuir ou du cuir synthétique. Ce dernier fini par se « couper » sur les zones de pliures. A surveiller régulièrement donc pour éviter de partir faire 800 bornes sous la flotte avec du matériel qui n’est plus imperméable. Oui. C’est du vécu. Hélas… Bref, la mention « cuir » ne fait pas tout. Prend la peine de vérifier à quelque sorte de cuir tu as affaire, ça va vachement jouer sur la durée de vie de tes pompes (et leur tarif). Et achète de la graisse aussi. Ça peut jamais faire de mal d’entretenir son matos…

Helstons city detail

D’ailleurs, ce que j’aime dans ces chaussures moto c’est que le rapport qualité/prix est souvent exceptionnel comparé à des chaussures de villes classiques : tu as du cuir, une membrane imperméable, une robustesse liée aux normes très strictes et un confort quasi identique à une paire de Pataugas, de Clarks ou je ne sais quoi encore. Donc en temps que grand radin devant l’éternel, je t’avoue que sur ma brèle comme à la ville, je ne porte QUE des chaussures homologuées. C‘est comme les jeans moto indestructibles qui coûtent le prix d’un Levis (voire moins)

Les baskets moto homologuées, c’est le même concept mais tout simplement adapté à un autre type de look. Là on est dans du plus « casual » comme ils disent dans Vogue. Ça passe mieux avec un jean que des chaussures de ville plus austères. Ça va de la copie de Converse ou de Vans en version solide (là encore, souvent pour le même prix, donc pas d’hésitation). Les TCX X-Groove en sont un remarquable exemple. A des pompes à l’aspect plus « motard » comme les Bering Pop (j’ai mis elles car c’est celles que j’ai en tête mais je te laisse mettre le produit qui t’arrange). Dans les baskets, le cuir ne va pas être systématique, même s’il domine très largement le segment. Et entre nous, comme pour les gants, le cuir me semble plutôt non négociable sur nos petits petons. Souvent un chtouille plus souples encore dans leur conception, ces baskets sont de vrais pantoufles. Attention par contre au moment de l’achat : certains modèles dits « d’été » (ou parfois certains osent le « mi-saison ») ne sont pas imperméables. Donc, à moins de vivre dans le Sud, si c’est pour tous les jours, privilégie quand même la basket qui ne prend pas la flotte.

TCX-X street waterproof

Une journée de taf avec les pieds qui font « sploch, sploch » à chaque pas, je confirme que c’est long. Très long.

Quentin ou Cigalou pour les intimes est un motard passionné qui roule en Suzuki V-Storm 1000. Sa passion lui vient de son père déjà motard. Originaire du chud, il a été prof d'histoire dans le 93 et il nous a lâché pour aller enseigner au vert en Ardèche. Il nous fait vivre son quotidien de motard sur son Blog qui est devenu au fil du temps un véritable webzine communautaire. Découvrez ses textes pleins d'humour sur Viedemotard
Bitnami