Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Casque moto trail et autre cross-over kesako ?

Le casque trail

Évitons tout malentendu : le casque moto qui fait tout n’existe pas. Pas plus que la moto d’ailleurs. Mais les casques moto appelés « trails », « crossover » ou encore « Adventure » selon les constructeurs sont ceux qui tendent le plus à s’approcher de ce rêve. Et je dirais même que certains commencent à avoir de sérieux atouts pour remplir cette mission impossible.

Mais revenons au commencement du début. Ou au début du commencement, c’est vous qui voyez. Les traileux des années 80/90 roulaient en casque de cross avec un masque (et une coupe de cheveux « mulet »). C’était tout simplement le total look Paris-Dakar.

Moto_crampons

Or, disparu durant une bonne décennie, cette pratique hybride de la moto est réapparue tout d’abord avec les trails  dits « routiers ». Grosses cylindrées et petites roues en 17, nous nous sommes (oui car ça y est j’avais l’âge du permis) naturellement dirigés vers le casque intégral « classique » offrant – à ce jour encore – un confort inégalé sur bitume. Oui sauf que les années 2010 sont et seront celles du retour au trail multifonction, aussi bien apte à traverser la France par l’autoroute qu’à aller jardiner dans la bouillasse. Et pour effectuer ce grand écart, il nous faudrait deux heaumes pour bien faire : un casque moto cross et un intégral. Oui, sauf que nos valises moto ne sont pas extensibles. Pas plus que nos budgets. Et c’est là que naissent les casques crossover et qu’ils prennent toute leur signification.

Au départ il va y avoir deux écoles dans la fabrication de ce type de casque. La première consiste à partir sur un bon casque routier ayant fait ses preuves sur bitume et l’affubler de la précieuse visière (ou « casquette ») faisant tout le charme de l’off-road. Shark avec l’Explore-R va ainsi connaître un certain succès. Forcément efficace sur bitume, ce concept de casque va très vite trouver ses limites à faible vitesse sur les petits chemins : manque d’aération, manque de visibilité latérale. Et oui, si c’est un leurre esthétique largement suffisant pour faire de la moto tout trottoir, ça se corse dès qu’il s’agit d’y suer un peu dedans.

casque shark explore-R

On passe donc à la deuxième école,  celle qui aujourd’hui à clairement pris la main chez les fabricants : une base de casque moto cross « assagi » pour un usage routier. En plus niveau look, on ne va pas se mentir, ça déboite !

Dans un casque de trail on retrouve donc les codes du casque cross : une mentonnière très proéminente, voire pointue. Elle permet notamment de faire passer facilement le tuyau de son Camelbag. Mais aussi et surtout de bien faire courant d’air entre le cou et le pif. Oui, si tu as déjà fait de l’off-road un peu technique tu sais  que l’on a jamais froid en tout-terrain et qu’on sue même carrément comme un gros goret. Donc les casques cross sont hyper bien ventilés. Autre élément important : le champ de vision. Ben ouais, là t’es pas sur une 4 voies : t’as intérêt à la voir arriver la branche qui dépasse sur ta droite… Ces casques moto sont donc très ouverts, les meilleurs offrant en général une vision à presque 180°.

Du casque moto route il faut garder l’écran bien hermétique (si possible avec Pinlock) pour le confort de conduite, la protection contre le froid et les problèmes de buée. La forme doit aussi être étudiée pour éviter au maximum les turbulences et les désagréments sonores sur les longs trajets. Enfin, destinés aux baroudeurs et aux voyageurs, ces casques moto sont en général dotés de l’indispensable (pour mes yeux bleus) double écran solaire.

Casque trail Nexx X.D1

Voilà pour l’équation. Ensuite, on prend tout ça, on les mets dans du papier alu et… Ah non, ça c’est autre chose. Bref, on fusionne et on obtient un casque moto trail. Bien sur, il faut faire des concessions : la visière/casquette est en général raccourcie pour créer moins de turbulences sur la route. La mentonnière est moins proéminente pour que le casque soit plus hermétique et encore une fois pour lutter contre les vibrations. Pour ce qui est de l’insonorisation, même les modèles très haut de gamme sont un peu plus bruyants qu’un intégral. Ce qui me paraît logique.

A mes yeux le principal et véritable défaut de ces casques c’est… leur poids. Ben oui, entre les accessoires de route dessus (écrans) et ceux de cross (visière) le vrai défi pour les constructeurs c’est de venir jouer dans la cours des poids plumes. Surtout si on commence à les comparer avec certains casques de cross… Comme je le disais au début, le casque parfait n’existe pas.

Dans l’ensemble, passés les quelques modèles entrée de gamme très simplistes, les casques moto trails sont plutôt agréables à l’usage et vraiment polyvalents. Il n’y a qu’à voir les participants des rando-raid qui commencent à se multiplier ces dernières années : la grande majorité roule et jardine en casque trail.

Il faut dire que c’est un peu le big combo entre le look et l’esprit Dakar d’antan, et le confort et la technologie d’aujourd’hui. Dur d’y résister. Nous avons donc testé pour vous le casque trail Nexx X.D1 sur prés de 3 mois.  Découvrez cet essai longue durée ici !

Quentin ou Cigalou pour les intimes est un motard passionné qui roule en Suzuki V-Storm 1000. Sa passion lui vient de son père déjà motard. Originaire du chud, il a été prof d'histoire dans le 93 et il nous a lâché pour aller enseigner au vert en Ardèche. Il nous fait vivre son quotidien de motard sur son Blog qui est devenu au fil du temps un véritable webzine communautaire. Découvrez ses textes pleins d'humour sur Viedemotard
Bitnami